L'enseignement de la Self-défense est souvent basé sur des sports de contacts avec une différence de taille: dans les arts martiaux, on tient au respect de l'adversaire, alors que dans la self-défense, le but est de faire cesser l'attaque avant d'être maîtrisé, blessé ou même tué, le plus rapidement possible. S'il y a un respect rigoureux de règles de sécurité pendant l'enseignement, avec utilisation d'armes factices et port de protections, l'application réelle se fait sans aucun respect de l'attaquant. Attention, la réponse doit être proportionnée à l'attaque, et que l'on ne peut être considéré en légitime défense que si l'on est attaqué en premier.

La question de la différence fondamentale entre arts martiaux et Self-Défense est régulièrement abordée. La pratique des arts martiaux est quelque chose de formidable, de très structurant sur le plan mental et physique, et les techniques enseignées sont parfois très efficaces. Mais si on veut avant tout apprendre à se défendre pour pouvoir faire face à des situations réelles d'agression comtemporaines (c'est il me semble l'objectif d'un vrai pratiquant de Self-Défense) il faut bien avoir conscience qu'il s'agit de quelque chose de différent.

Apprendre à réagir une attaque "loyale", très codifiée, face à un adversaire seul (dont on sait dès le départ si il est armé ou non), qui démarre à 3 mètres de vous et qui souvent n'enchaîne pas, ne feinte pas, n'a rien à voir avec la réalité d'une agression urbaine. Dans les arts martiaux classiques l'attaque est souvent prétexte à une belle construction technique avec de superbes désarmements, des projections spectaculaires ou des techniques de contrôles très complexes. Autant de choses qu'il vaut mieux éviter dans la rue. Le constat est le même pour les sport de combat: sur le ring c'est du 1 contre 1, on sait quels sont les coups autorisés ou interdits, il n'y a pas d'arme, on sait combien de temps va durer le combat... Autre exemple, la gestion verbale. La plupart des agressions commencent par une altercation verbale. Savoir gérer cette donnée et connaître les techniques de désescalade est primordiale pour faire face à la réalité...

De plus le citoyen lamba doit respecter un cadre légal bien particulier, celui de la légitime défense qui est très restrictif en France. Si les techniques qui vous ont été enseignées vous permettent de vous défendre mais en vous envoyant en prison ou en vous condamnant à payer à vie des dommages et intérêts à votre agresseur pour l'avoir blessé, je ne suis pas sûr du bénéfice. C'est une donnée rarement prise en compte dans les clubs.

L'essentiel des caractéristiques d'un enseignement de la Self-Défense : 4 axes sont primordials pour un enseignement juste, honnête et réaliste de la Self-Défense. Peu importe ensuite quelles seront les techniques enseignées ainsi que leur "origine" martiale pourvu qu'elle aient un bon ratio simplicité / efficacité et qu'elles soient adaptées à la réalité du terrain.

1- Réalisme

Si vous souhaitez apprendre à faire face à des situations d'agressions urbaines actuelles, il faut travailler sur des situations d'agressions urbaines actuelles.

2 - Système Civil

Si vous êtes un civil qui souhaite apprendre à se défendre dans un cadre civil il vous faut un enseignement qui tient compte des contraintes civiles. Une pratique de close-combat destinée à former des commandos n'est pas adaptée à un cadre civil (vous n'avez pas le droit de sortir votre pistolet ou votre couteau pour vous défendre par exemple).

3 - Approche Globale

La Self-Défense ne doit pas se contenter de techniques de défense physique mais doit gérer la pré-agression (vigilance, gestion verbale, décryptage du langage corporel, connaissance des types d'agresseurs et de leurs techniques...) ainsi que la post-agression (fuite, notions de base en secourisme, gestion du choc post-traumatique...). Dans la phase de défense physique l'enseignement doit prendre en compte tous les paramètres (gestion du stress, de l'environnement, utilisation des objets usuels...).

4 - Respect du cadre légal

Toutes les techniques enseignées doivent être resituées dans un contexte précis d'agression et respecter notamment les critères de proportionnalité imposés par le cadre légal de la Légitime Défense.